La question du test est envisageable.


Le fait que nous bénéficions de ces 5 sens depuis toujours et de façon non voulue pourrait éventuellement être un bagage de base dans l'observation de notre futur.
En partant du postulat que nous serions une expérience biologique voulue, notre créateur nous aurait "pourvu" de 5 sens, dans un but précis : nous donner les bagages indispensables de "l'ouvrier" du Grand Oeuvre : les 5 piliers de l'Affectif simples et complexes compris, étant les "moteurs" du travail.

Tous nos sens nous portent vers les autres : le goût, l'odorat, l'ouïe, le toucher et la vue sont les arcanes du rapprochement, du contact et de la réunion.

Pourquoi sont-ils les principaux sens qui animent ? Sinon parce que nous sommes des créatures ici présentes pour une seule raison : se rapprocher, se réunifier, se retrouver ?

Le moindre comportement humain incontrôlé nous remet face à l'originel : la position foetale est le premier signe de ce désir de retrouver notre Unité : l'enfant qui ne forme qu'un avec la mère ( or, la mère est toujours le tout dernier maillon de la Création dans l'echelle du temps ).

Imaginez un instant la réunion de tous les êtres dans le temps en remontant cette echelle du temps tout en suivant ce principe : chaque être se retrouvant dans le ventre qui l'a crée. A la fin de cette chaîne nous retrouverions éventuellement 2 êtres de sexe différent ( et encore pouvons-nous imaginer autre chose ). Mais, même en imaginant les deux premiers êtres de sexe différent, on est confronté à la complémentarité de l'homme et de la femme : ces deux êtres qui lorsqu'ils s'unissent pour procréer ne forment plus qu'un seul être indissociable. Un être "Miroir".


Et tout au long de l'humanité le schéma de l'"être Miroir" ne nous quitte pas : l'attirance de l'homme pour la femme ( finalisée par la sexualité ) n'est que ce désir de retrouver cet état d'"être Miroir" complété par le désir de retourner dans le ventre originel ou tout au moins de s'y "dupliquer" par la procréation.

De la même manière, l'attirance homosexuelle nous renvoie le désir de l'être Miroir, peut-être même de manière plus concrète.

Dogmaël DAMIEN